Vous êtes ici

Saint Germain d'Auxerre

Env. 380
-
31 Juillet 448

À Ravenne en Émilie, en 448, le trépas de saint Germain, évêque d’Auxerre. Par deux fois, il défendit la foi des Bretons de l’hérésie pélagienne et, venu à Ravenne pour plaider la paix en faveur les habitants de l’Armorique, il fut reçu, avec beaucoup d’honneurs, par l’impératrice Galla Placidia et son fils Valentinien III, et c’est de là qu’il monta au royaume du ciel.
Martyrologe romain


Saint Germain d'Auxerre a connu :
Sainte Geneviève
(423) - (512)
Saint Patrick
(389) - (461)

Rustique et Germanille, père et mère de Germain, étaient au ive siècle, seigneurs d'Appoigny. La tradition locale, qui s'est maintenue vivace à travers les âges, veut qu'ils aient été inhumés à Appoigny. En juillet 2008, un sarcophage du Ve s en grès ferrugineux était mis au jour aux pieds de la collégiale Saint-Pierre d'Appoigny.
Germain fut évêque d’Auxerre de 418 à 448, à la suite de saint Amatre, qui selon la légende l’aurait désigné contre son gré.
Il lutta contre le pélagianisme, en collaboration avec son ami l'archevêque d'Arles Hilaire. Comme lui, il alla combattre l'hérésie particulièrement en Bretagne où il fut accueilli par Elaf.

Saint Germain et saint Loup de Troyes de passage à Nanterre reçoivent Sainte Geneviève.
Mort à Ravenne, son corps fut ramené à Auxerre selon ses dernières volontés. Cinq jeunes filles furent choisies pour accompagner sa dépouille. Pallaye, Magnance, Procaire, Camille et Maxime, éprouvées par leur voyage, mourront avant d'atteindre leur but, donnant nom à plusieurs villages de l'Yonne dont Sainte-Magnance, Sainte-Pallaye et Escolives-Sainte-Camille. Germain fut enterré à l’endroit où il écrivit son premier journal ; c'est là que s’élève aujourd’hui l’abbaye qui porte son nom à Auxerre.
(Wikipédia)