Vous êtes ici

France

Dom Prosper Guéranger

Il restaure l'ordre de Saint-Benoît, un des ordres religieux les plus anciens du christianisme, dont les monastères avaient été supprimés en France par la Révolution française (décret du 13 février 1790), notamment au monastère de Solesmes.
L’influence de Dom Prosper Guéranger fut considérable sur l’ordre bénédictin en France, où d’autres abbayes et prieurés se rattachent à cette congrégation (abbaye Saint-Martin de Ligugé, monastère de Ganagobie, Sainte-Cécile de Solesmes, Sainte-Anne de Kergonan, Notre-Dame de Fontgombault, etc.)
Dom Guéranger est aussi l’un des inspirateurs du mouvement que l’on appelle mouvement liturgique, poursuivi jusqu’au concile Vatican II. Ce mouvement avait pour but de mieux faire connaître et aimer la messe romaine, à la fois aux prêtres et aux fidèles. À cette fin, Dom Guéranger entreprit notamment la restauration du chant grégorien médiéval, et donna avec la publication de L’Année liturgique un commentaire des textes de la liturgie.
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus lisait régulièrement L’Année liturgique avec ses sœurs pendant son enfance.
Le procès diocésain de béatification du serviteur de Dieu Dom Prosper Guéranger a été ouvert le 21 décembre 2005 par Mgr Jacques Faivre, évêque du Mans.
Prière pour demander sa béatification
https://www.domgueranger.net/priere-pour-demander-la-beatification-de-do...

Sacre de Henri IV à Chartres

Suite à l'abjuration du protestantisme, Henri IV est sacré le 27 février 1594 en la cathédrale de Chartres : il est l'un des trois rois de France sacrés ailleurs qu'à Reims et Paris, qui étaient en effet tenus par l'armée de la Ligue

Couronnement du roi Jean II le Bon

couronnement du roi Jean II le Bon en la cathédrale de Reims.

Loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat français

La loi concernant la séparation des Églises et de l'État est une loi adoptée le 9 décembre 1905 à l'initiative du député républicain-socialiste Aristide Briand, qui instaure la laïcité de l'état.
Elle remplace le régime du concordat de 1801, qui est toujours en vigueur en Alsace-Moselle pour des raisons historiques (les élus alsaciens en faisaient une des trois conditions d'acceptation de leur rattachement à la France en 1919, sans quoi ils demandaient un référendum, que la France ne pouvait prendre le risque de perdre après une guerre si meurtrière).
Elle fut complétée en 1924 par l'autorisation des associations diocésaines, qui permit de régulariser la situation du culte catholique.
(Source : wikipédia)

Bienheureux Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus

Henri Grialou, plus connu sous son nom de religion Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, né le 2 décembre 1894 dans le quartier du Gua à Aubin en Aveyron et mort le 27 mars 1967 à Venasque dans le Vaucluse, est un religieux de l'Ordre du Carmel, fondateur de l'Institut Notre-Dame de Vie. Son procès de béatification fut ouvert en 1985. Sa béatification a eu lieu le 19 novembre 2016 à Avignon.
(Wikipédia)

Ordonné prêtre le 4 février 1922, Henri Grialou est reçu quelques semaines plus tard chez les Carmes déchaux au couvent d’Avon, près de Fontainebleau, où il prend le nom de Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, en signe de son attachement à la petite Thérèse. Tout au long de sa vie, ce chercheur de Dieu se mit au service de son Ordre, en France, mais aussi depuis Rome, où il vécut de 1937 à 1957, et de nombreux autres pays du monde où il fut régulièrement envoyé en mission.
La vie du Père Marie-Eugène est à l’image de l’une de ses convictions premières : l’action apostolique est nécessaire, mais elle n’est possible que si elle prend sa source dans la contemplation. Chacune de ses œuvres et actions s’appuie sur une profonde contemplation et une confiance toute particulière en l’Esprit-Saint. Tout au long de son existence, il aida les chrétiens d’aujourd’hui à associer recherche approfondie de Dieu et service du monde contemporain. En témoigne la fondation de l’Institut Notre-Dame de Vie, où les consacrés, tout en vivant dans le monde et au service des autres, se mettent à l’écoute de Dieu et de l’Évangile.
En 1931, le Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus commence une école de prière à Marseille. Il donne de nombreuses conférences à l’attention des chercheurs de Dieu dans le monde d’aujourd’hui. Ces dernières sont à l’origine de deux ouvrages, Je veux voir Dieu (1949) et Je suis fille de l’Église (1951), réunis en un seul opus en 1957. Publié à 700 000 exemplaires et traduit dans plus de sept langues, ce monument a aidé de très nombreux chrétiens à pénétrer plus profondément en Dieu.
(Aleteia)

JMJ de Paris

Les JMJ de Paris, présidées par le Pape Saint Jean-Paul II, avaient pour thème "Maître, où demeures-tu? Venez et voyez." et ont rassemblé 1 200 000 personnes

Affaire des placards

Des affiches attaquant la messe sont placardées sur la porte de la chambre du Roi, au château d'Amboise.
Cette affaire montre la pénétration des idées réformées en France.
François Ier promulgue un édit et prescrit des processions du Saint-Sacrement en signe d'expiation.
Source : Les dates clés de l'Histoire de l'Eglise par Manfred Heim

Sacre de Pépin le Bref

Pépin le Bref est sacré roi des Francs à Saint-Denis par le pape Etienne II

Pages

S'abonner à RSS - France