Vous êtes ici

Saint Jean Gualbert

995 ou 999
-
1073

Ce jeune seigneur florentin avait eu la douleur de voir son frère assassiné. Or un jour qu'il se rendait à Florence avec son écuyer, il rencontra, au détour d'une impasse étroite, l'homme qui avait tué son frère. L'honneur familial de cette époque exigeait la vengeance et qu'il abattît le meurtrier. Celui-ci le sait. Il est seul et sans arme, il ne peut fuir. Croyant sa dernière heure arrivée, il se jette à bas de cheval et les bras en croix, recommande son âme à Dieu. Saint Jean en est ému. Il n'est ni dévot ni de mœurs édifiantes, loin de là. Mais cet homme aux bras en croix qui tremble et prie évoque à ses yeux le Sauveur crucifié. Il rengaine son épée et pardonne. Ce fut sa conversion. Il demanda aux bénédictins de San Miniato de le recevoir. Découvrant plus tard que le Père Abbé avait acheté cette charge à prix d'argent pour en tirer bénéfice, il quitte l'Ordre bénédictin et entre chez les ermites de Camaldules. Puis il se remet en route, s'arrête près de Fiesole dans une vallée boisée 'Vallombreuse' où le monastère l'accueille. Il y établira la réforme de Cluny et y sera l'abbé durant trente années. En suivant la règle de Saint Benoît de Nursie, tout en s’inspirant des anciens Pères, notamment de Saint Basile de Césarée, en insistant sur la charité et la vie commune Ora et labora et il fait naître ainsi l'ordre des Vallombrosains. En 1036 ils construisent l'oratoire et les cellules et accueillent les pèlerins. En 1051, il rencontre le pape Léon IX et continue à soutenir par la parole la lutte contre la simonie menée par les papes.
(Nominis)


Saint Jean Gualbert a connu :
Saint Léon IX
(1049) - (1054)


995
1000
1005
1010
1015
1020
1025
1030
1035
1040
1045
1050
1055
1060
1065
1070