Vous êtes ici

Bienheureux Ceferino Namuncura

26 Août 1886
-
11 Mai 1905

Ceferino Namuncurá, jeune mapuche religieux salésien, le premier bienheureux né en Argentine, mort en 1905 à l’âge de 18 ans, béatifié par le Cardinal Bertone le 10 novembre 2007 Chimpay (Viedma - Argentine).
Ceferino 'estimant et assumant pleinement son identité indigène, accepta ce que l’‘autre monde’ lui offrait pour sa formation humaine et chrétienne. Il ne pouvait pas s’empêcher de ressentir, en son for intérieur de jeune saint, un grand désir d’être tout à Dieu, disciple missionnaire du Christ au milieu de son peuple”.
À l'âge de 11 ans, Ceferino demanda à son père, alors vieux chef mapuche et humilié par la défaite de son peuple devant les espagnols, la permission d'aller étudier à Buenos Aires pour 'pouvoir être utile à sa race'. Il devint élève d'un collège religieux, où il excella dans le chant aux côtés de Carlos Gardel, le plus célèbre chanteur de tango argentin.
Ceferino, qui voulait devenir prêtre, fut remarqué pour sa foi par le vicaire de Patagonie, Mgr Juan Cagliero qui l'envoya à Rome faire ses études. Il fut présenté au pape Pie X en 1904. Mais le climat italien ne lui convenait pas et, atteint de tuberculose, il y meurt l'année suivante.
Le peuple chilien se sent 'très proche du cœur noble et pur de ce jeune, par le sang chilien qui coulait dans ses veines et également par la foi catholique qu’il avait reçue et cultivée en Patagonie'. Selon l’évêque, en Ceferino s’offre 'une belle synthèse observée de rares fois: fidèle à ses habitudes ancestrales et fidèle à la religion dans laquelle il a été baptisé'.
'Ceferino est un reflet fidèle et un fruit des valeurs de nos peuples d’origine que l’Église apprécie et encourage - poursuit le texte -, valeurs que nous méprisons bon nombre de fois dans la cohabitation quotidienne. Des préjudices et des discriminations comme celles qu’il affronta à son époque, continuent déplorablement à endommager aujourd’hui les indigènes et leurs communautés, principalement dans les processus migratoires internes'.
C’est pourquoi en ces temps d’intolérance et de peu de dialogue, la vie de Ceferino 'éloignée du ressentiment, nous enthousiasme par sa valeur du respect des personnes et par son attitude de pardonner ceux qui nous offensent'.
(source : Agence Fides)

Pays: